jeudi 9 septembre 2010

J'veux pas y aller !



Hier, j'ai participé à une séance de torture digne des plus horribles films d'épouvante : j'ai amené ma fille chez le pédiatre...

Ayant trouvé un peu de sang séché dans une des oreilles de ma puce. j'ai paniqué pris rendez-vous chez le pédiatre.

Connaissant l'aversion de ma fille pour le corps médical, j'avais bien préparé le terrain en lui expliquant que le docteur (pardon papa, le médecin ! ;) allait regarder son oreille. Juste regarder, rien d'autre, etc...

Rien n'y a fait, sur le chemin, elle me répétait qu'elle ne voulait pas y aller ou alors seulement si c'était pour que moi je me fasse examiner et pas elle ! "pas do'teur lucie maman", "do'teur igad' o'eilles maman"...

Bref, je le sentais mal.

J'avais raison.

Ô combien !

Elle a commencé à pleurer avant même que nous entrions dans le cabinet médical. Et une fois dedans, elle s'est mise à hurler. Heureusement que nous étions les seuls patients et que nous n'avons pas eu à attendre !

Le docteur nous a fait entrer dans la salle d'examen. Lucie était dans mes bras, et le docteur lui a dit pour la rassurer qu'elle n'aurait pas à en descendre, qu'il l'examinerait comme ça. Mais rien n'y a fait, elle s'est mis les mains sur les oreilles et s'est recroquevillée en boule. A ce stade, je crois qu'elle n'était plus du tout capable d'entendre raison.

Le médecin nous a gentiment renvoyé dans la salle d'attente pour que je tente de la calmer. Dès que nous sommes entrées dans la salle d'attente (sans le docteur), Lucie a baissé d'un ton et j'ai peu à peu réussi à sécher ses larmes. Après avoir parlementé un moment, promis un tour de manège et un bonbon au chocolat si elle ne pleurait pas quand le docteur ne ferait que-regarder-tes-oreilles-et-rien-d'autre-je-te-le-promet, elle semblait disposer à se laisser examiner.

pffff... Il faut croire que je suis encore un peu naïve comme parent !

Dès que le docteur s'est approchée d'elle, elle s'est remise à hurler et à se débattre. On a fini par l'allonger de force sur la table d'examen, moi couchée sur elle pour lui maintenir les jambes, les bras et les épaules, tandis que le médecin maintenait sa tête et regardait ses tympans...

Un vrai moment de bonheur !

Évidemment, dès que l'examen de ses oreilles a été terminé, elle a tout de suite cessé de pleurer, elle a même instantanément retrouvé sa bonne humeur et s'est mise à me montrer et à commenter tous les jeux que le pédiatre expose dans la salle pour distraire l'attention des enfants (mouais...).

Comme si de rien n'était !

Bon, moi qui n'ai pas une aussi bonne faculté de récupération, j'étais encore toute tremblante de l'épreuve, pas hyper open pour admirer Babar ou les poissons ou je ne sais quoi d'autre ! Le pédiatre m'a gentiment félicitée, en me faisant remarquer qu'il y a quelques temps, je n'aurais pas été capable de supporter ça. Super, je me sens beaucoup mieux (ironie) ! Enfin, il a raison, il faut voir le bon côté des choses. ;)

Je me demande quand même comment je vais faire pour la prochaine fois que nous aurons à y retourner... A moins de la mettre sous anesthésie générale à chaque fois que nous irons là-bas, je ne vois pas !

D'autant plus qu'il m'a annoncé que ses yoyos étaient en train de partir et qu'il fallait que j'aille chez l'ORL pour voir la marche à suivre pour la suite.

Au secours !!!!

Je vais faire une razzia à la librairie pour lui trouver tout un tas de bouquin sur les gentils docteurs qui soignent les enfants sans faire mal du tout, mais j'ai comme un doute sur l'efficacité du truc. (On a déjà des bouquins sur le sujet, y a qu'à voir comment ils ont bien fait effet ! ).

Bref, je pense qu'on va plutôt s'expatrier très rapidement dans un pays où il n'y a pas ni hiver, ni microbes et où les docteurs n'existent que dans les bouquins.

(soupir)

Rendez-vous sur Hellocoton !

4 commentaires:

madame pic pique a dit…

Au secours les séances chez le medecin, la mienne m'a fait ça pendant des mois, et elle a complétement arrétée du jour au lendemain.

Leoetlisa a dit…

Ma pauvre, moi lorsque je vais chez le pédiatre il faut absolument que le papa soit là car je suis limite à tourner de l'oeil quand il s'agit de vaccin. ET puis la voir hurler, pleurer, réclamer mes bras alors que son papa la maintient sur la table ça me rend malade, j'ai l'impression qu'on la brutalise. Bref, comme tu vois, moi aussi ça me travaille !!

Poussin a dit…

Eh bien mesdames, je dois avouer que je ne connais absolument pas ça avec mon loustic de 2 ans qui n'a jamais rien manifesté de spécial à l'évocation du médecin (ton papa a fort raison chère Cotcot, je me bats aussi avec Tang' pour qu'il dise médecin et non pas "docteur"...;) et qui n'est pas non plus particulièrement apeuré par les vaccins ou autres réjouissances pédiatriques !
Tu ne crois pas (sans vouloir faire de la psy de comptoir...) qu'elle te renvoie ton stress ta puce ? On réalise souvent que nos chères têtes blondes ne sont bien souvent que le reflet de nos propres émotions qu'on essaie pourtant de réfréner mais sans grand succès avec des tout-petits qui sont encore bien connectés à nous...

Enfin, ce que j'en dis, suite au prochain numéro car rdv pour visite des 2 ans et vaccin mardi prochain !! ;-)

Cotcot ! a dit…

@ Madame Picpique : Quel est ton secret ? Comment as-tu fait pour qu'elle arrête d'un coup ? ;)

@ LeoetLisa : Dur, dur ! En plus, avec l'hiver qui approche, les séances chez le pédiatre risquent de se rapprocher ! :(

@ Poussin : Mouais, j'en suis pas persuadée, je ne suis pas angoissée par le pédiatre, moi ! ;)Mais bon, peut-être que tout au fond de moi, sans le savoir, je le suis effectivement et qu'elle le sent...

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre commentaire !